Lino Ventura « La part intime » ou la part de l'Ange

Lino Ventura « La part intime » ou la part de l'Ange

Un très beau documentaire sur Le Grand Lino

Angélino Pasquale né le 14 juillet le lendemain de la 1ère guerre mondiale d’une jeune femme italienne,Louisa Borrini qui a 20 ans lorsqu’elle donne naissance à Lino et de Giovanni Ventura, le père qui sera absent sa vie durant.

Elle fuit l’Italie en 1926 pour Paris où elle pense retrouver Giovanni, qui ne sera bien sur pas au rendez vous.

A Paris, Lino a 7 ans ..et sa scolarité se passe mal, c’est là son vrai théâtre de l’affrontement. Cet échec scolaire le pousse dans la rue et il commence a travailler dès l’âge de 9 ans: Vente de journaux, groom, mécanicien, livreur … Et pour échapper à cette période sombre, il se réfugie pendant ses moments de détente, dans les salles de cinéma et dévore les films.

Il rencontre la femme de sa vie à l’âge de 17 ans, Odette Lecomte, et lui sera fidèle jusqu’à son départ.

Il se passionne alors pour la lutte romaine et devient peu a peu un champion dans sa catégorie. Après la libération, sa vie est ponctuée, le soir pour ses combats et la journée par la vente des layettes réalisées pas sa femme ….

             «puissance de la bête le soir et monde de la délicatesse le jour».

A 34 ans ..repéré par Jacques Becker, il entre dans la famille du cinéma par le hasard de cette rencontre et joue son premier rôle face à Jean Gabin. Lino n’a jamais eu d’agent, c’est lui qui choisit ses rôles avec la volonté constante de respecter une certaine dignité.

            «Je peux sans honte serrer la main à tous mes personnages joués»

En tant qu’acteur, c’est un grand perfectionniste .. il lui arrive de corriger ses textes des fois la veille du tournage. 

                                          «Il ne peut jouer que ce qu’il sent»

Certains réalisateurs étaient terrifiés de diriger Lino sur un tournage car il était impressionnant, entier et intransigeant. Il ne souhaitait pas de gros plan et affirmait que les gros plans ne font pas les grands acteurs. Il restera habité dans tous ses rôles par une grande pudeur et refuse quasi toujours les scènes d’amour ..il refuse même d’embrasser devant la caméra par respect vis à vis de sa femme et de ses enfants.

A 56 ans il est nommé Président des Césars et succède à son grand ami de toujours Jean Gabin.

A 60 ans il reste 2 ans sans tourner et refuse plus de 80 scénarios proposés prétextant que cette époque ne lui correspond plus. Les films qu’il accepte de tourner dans les années 80 ne le satisfont pas ..

«Il y a toute une génération de jeunes scénaristes et de jeunes metteurs en scène mais qui ne peuvent pas écrire ce genre d’histoire car ils ne connaissent pas la vie, ils ne connaissent pas les hommes, ils font du parisianisme … car ils n’ont pas roulé leur bosse, ils n’ont pas vécu, ils n’ont pas souffert .. alors comment voulez vous qu’ils vous écrivent des histoires d’hommes…”

Fidèle a ses valeurs toute sa vie…le sentiment d’un homme perdu dans une époque qu’il ne comprend pas, Lino nous quitte à l’âge de 68 ans.

Voir le documentaire